• Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

    Rejoignez 8 034 autres abonnés

  • Archives

  • Commentaires récents

    Projet “La Chose pub… dans Projet « La Chose p…
    Projet « Territoires… dans Projet « Territoires en écritu…
    « L… dans Pour les fêtes, les Célestins…
    « L… dans Pour les fêtes, les Célestins…
    Hellbereth dans Du texte à l’affiche : théâtre…
  • Articles les plus consultés

Du texte à l’affiche : théâtre et graphisme, l’aventure continue


Pour la seconde saison consécutive, les Célestins ont construit un projet avec des étudiants de l’École de Condé qui forme, entre autres, au métier de graphiste. Le choix de la collaboration s’est porté sur l’une des pièces phares de la programmation : Mort d’un Commis Voyageur d’Arthur Miller. 

 

Après avoir proposé une vingtaine de très belles affiches créées par les étudiants en 2012 à l’occasion de la pièce Dommage qu’elle soit une putain de John Ford (cf. post du 7 décembre 2012), l’équipe pédagogique de l’École de Condé a souhaité renouveler cette expérience qui offre un parcours de recherche allant de la lecture de la pièce à la fabrication d’affiches en passant par la rencontre avec les artistes du spectacle.

La quarantaine d’étudiants, sous l’égide de leur professeur Pierre Matras, a sorti ses crayons, ses pinceaux (ou plutôt ses tablettes graphiques !) pour imaginer des affiches de Mort d’un Commis Voyageur, créée en octobre 2012.
Après avoir lu le texte, cerné les thèmes et les enjeux majeurs de la pièce et avant de découvrir la mise en scène de Claudia Stavisky, les étudiants ont, pendant plus de 3 mois, réfléchi, imaginé, fait, défait et refait leur montage pour aboutir à une affiche qui traduise leur perception personnelle de la pièce.
À travers leurs créations, ils évoquent les interminables voyages du commis voyageur, la dureté du monde du travail ; ils racontent la confrontation de Willy Lohman à l’Amérique capitaliste des années 50, tentent d’illustrer l’ambivalence des personnages et bien sûr, évoquent la Mort.
La cinquantaine d’affiches ainsi produite est d’une diversité surprenante qui traduit la richesse et la puissance du texte de Miller et reflète à la fois la personnalité de ses auteurs et la variété des techniques acquises au cours de leur formation.

Rendez-vous au bar l’Étourdi lors des représentations de Mort d’un commis voyageur : vous serez étonnés par la qualité des affiches exposées !

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une Réponse

  1. Un très beau projet qui donne de très beaux résultats. C’est aussi un bon moyen pour les élèves de travailler sur un projet réel. J’aurais aimé avoir un projet similaire lors de mes études de graphisme.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :